601576_10202187039096707_1094875850_n_1

 

Ils se sont parlés. Ils se sont dit des vérités et des regrets, des lacunes et des défauts, des failles et des manquements. Chacun, au plus fond de lui-même savait qu'il avait abandonné une part de ce qu'il était depuis quelques temps.

Alors, les yeux dans le cœur, ils ont parlé de fierté, de courage, de volonté et d'abnégation. Ils se sont rappelés qu'individuellement, ils n'étaient rien sans leurs camarades, leurs copains, leurs partenaires. Ils se sont dit qu'à nouveau, unis comme les doigts de la main, ils retrouveront le chemin de la victoire.

Seul on ne peut rien. Seul, on s'isole, on s'enferme dans ses doutes et ses erreurs.

A quinze sur le pré, à vingt-deux dans le vestiaire, on est plus fort, on est heureux.

Ce bonheur va passer par des souffrances et des sacrifices.

Il faudra plaquer, plaquer et plaquer encore des adversaires souvent plus lourds. Mais qu'importe l'écart de taille, au sol, tous les hommes sont au même niveau.

Il faudra pousser, se serrer, se lier face à une masse organisée et massive. Mais, quand 16 bras, quand 16 jambes, quand 8 têtes et 8 cœurs vont dans la même sens, rien ne résiste.

Il faudra avancer, agresser, percuter dans des duels sans merci. Mais, pour l'amour d'un maillot, pour l'honneur retrouvé, les coups reçus seront miel, les coups portés, seront bénédiction.

Il faudra courir, pousser, sauter, botter comme à chaque fois. Mais cette fois, ce sera pour retrouver ce plaisir simple d'être un parmi les siens, d'être betteravier au cœur de sa cité.

Il faudra marquer, franchir la ligne et envoyer le ballon entre les perches, retrouver ce goût de la concrétisation, cette jouissance du travail commun réussi.

Il faudra empêcher, entraver, barrer la route aux adversaires et se féliciter les uns les autres à chaque fois qu'un homme sera mis à terre, qu'une offensive sera renversée, qu'un ballon sera repris.

Il faudra serrer les dents et peut-être les poings. Il faudra oublier le passé et la douleur. Il faudra s'oublier soi-même et se fondre dans cette équipe, dans ce club tant aimé.

Et quand tout sera accompli, quand tous les obstacles seront balayés, quand tous les doutes seront effacés, quand les points s'accumuleront en votre faveur, vous retrouverez le bonheur simple de lever les bras au ciel.

Alors, un cercle se formera et de cette mêlée humaine montera un chant d'allégresse.

Les têtes seront levées, les yeux brilleront de joie,le cœur battra la chamade.

Et ce bonheur ne sera pas que le vôtre. Vous aurez donné à tous vos amis, vos dirigeants, un instant de fierté qu'il voudront partager avec vous.

Et vous pourrez retrouver l'ivresse de l'amitié dans un club-house où les chants des beaucerons raisonneront jusqu'à tard dans la nuit.